https://religiousopinions.com
Slider Image

Histoire et croyances des Vaudois

L'histoire des Vaudois est une histoire de persécution, de persévérance et de dévotion aux enseignements de la Bible. Ce mouvement chrétien évangélique, vieux de près de 800 ans, était connu à ses débuts comme simplement «les pauvres». Originaire des Alpes italiennes du XIIe siècle, les Vaudois ont vu le jour grâce aux actions de Peter Waldo de Lyon.

Points à retenir: les Vaudois

  • Les Vaudois, l'un des tout premiers groupes chrétiens évangéliques, ont été fondés par Peter Waldo ( Valdés en français) de Lyon vers 1170 ap.
  • À partir de la fin du XIIe siècle, le mouvement vaudois est l'un des premiers précurseurs de la Réforme protestante.
  • Après leur expulsion de l'Église catholique romaine, les Vaudois se sont installés dans les régions montagneuses alpines de France et d'Italie, où ils existent encore aujourd'hui.

Le mouvement vaudois a été l’un des premiers efforts chrétiens pour traduire la Bible en un dialecte local et pour prêcher publiquement l’Évangile. L'engagement du groupe peut être résumé dans ces trois activités: faire connaître et comprendre l'Évangile dans la langue maternelle de son peuple, s'identifier aux pauvres en devenant pauvres et poursuivre une obéissance plus étroite à une vie de foi en suivant les enseignements de Jésus. Christ et l'exemple de ses disciples.

D'autres mouvements évangéliques similaires étaient courants à l'époque médiévale, mais aucun n'a duré comme les Vaudois. Précédant la Réforme protestante de 300 ans, le début du mouvement vaudois est parfois appelé la «Première réforme». Le groupe a également été appelé «l'Église évangélique la plus ancienne» et «Israël des Alpes».

Bien que les Vaudois ne se soient pas résolus à s'opposer à l'Église catholique romaine, ils ont été qualifiés d'hérétiques, excommuniés par le pape Lucius III en 1184 et ciblés pour être exterminés au cours de plusieurs campagnes. En vérité, ils formaient un petit groupe dispersé mais très uni qui professait des croyances orthodoxes et restait généralement fidèle à l’Église catholique jusqu’à l’époque de la Réforme.

Waldo de Lyon (c. 1140-1217)

Le fondateur des Vaudois était Waldo ( Valdés ) de Lyon, un jeune marchand riche et influent originaire de Lyon, en France. Après la mort soudaine d'un ami proche, Waldo a commencé à chercher un sens plus profond à la vie. Vers 1173, Waldo était profondément ému par les paroles de Jésus-Christ adressées au jeune homme riche dans l'évangile de Marc 10:21:

En regardant l'homme, Jésus ressentit un véritable amour pour lui. «Il y a encore une chose que tu n'as pas faite, lui dit-il. «Allez vendre tous vos biens et donnez l'argent aux pauvres, et vous aurez un trésor au paradis. Alors viens, suis-moi. ”(NLT)

Pauvreté volontaire

Entre 1173 et 1176, la vie de Waldo a radicalement changé. Décidant de suivre à la lettre les paroles du Seigneur, il céda sa richesse aux pauvres et commença une vie de pauvreté intentionnelle. Plus tard, ses disciples deviendraient connus sous le nom de «Les pauvres de Lyon» ou simplement «Les pauvres». Ils s'appelaient eux-mêmes «Les pauvres d'esprit». Béatitudes dans Matthieu 5: 3.

Prêcher l'Evangile

Croyant que tout le monde devait avoir l'occasion d'entendre et de comprendre la Parole de Dieu, Waldo a fait appel à Bernard Ydros et Stephen d'Ansa pour traduire plusieurs livres de la Bible en latin Vulgate dans son dialecte franco-provençal local. Lorsque la traduction a été présentée à Rome, elle a été approuvée par le pape. Encouragé par la réponse positive, Waldo avait espéré que ses efforts commenceraient un renouveau dans toute l'église.

À partir de cette traduction, Waldo a commencé à prêcher et à enseigner la Bible en public. Copiant son exemple, les disciples de Waldo (voyageant par deux) portèrent l'évangile dans les villes et les villages environnants. Cette activité de prédication publique était particulièrement choquante pour les autorités catholiques et était à l'origine du conflit et de la persécution que les Vaudois subiraient pendant des siècles.

'Peter' Waldo

Au printemps de 1179, l'église interdit à Waldo et à ses fidèles de prêcher sauf sur invitation explicite d'un prêtre. Mais Waldo était convaincu que le corps du Christ devrait baser ses expériences sur celles des apôtres et non sur les constructions humaines de son époque. Il a continué à prêcher ouvertement. Quelques années plus tard, vers 1183, Waldo est banni de la ville par l'archevêque de Lyon.

Quand il fut averti de cesser de prêcher, Waldo répondit avec les mots de l'apôtre Pierre dans Actes 4:19: "Pensez-vous que Dieu veut que nous vous obéissions plutôt que lui?" comme «Peter Waldo» par les futurs Vaudois.

Peter Waldo de Lyon. ZU_09 / Getty Images

Après que Waldo ait été chassé de Lyon, on ne sait pas grand-chose de sa vie, à part qu'il est probablement décédé vers 1217 ou 1218 ap.

Les adeptes se qualifiaient de «co-membres» de Waldo Wald et appelaient leur groupe une «société». Ils ne voulaient pas être considérés comme une entité religieuse en dehors de l'Église catholique. . Ils voulaient simplement être un groupe de laïcs - disciples chrétiens - qui suivaient le Christ et prêchaient son message.

Une fois expulsés de la ville, Waldo et ses partisans se sont installés dans les régions montagneuses alpines reculées de la France et de l'Italie. Pendant trois siècles, les Vaudois seraient persécutés, forcés sous terre et en fuite. Néanmoins, ils ont formé des communautés fortes et se sont finalement répandus en Autriche, en Allemagne et dans d'autres parties de l'Europe.

Les enseignements de Jésus

«Ils vont deux par deux, pieds nus, vêtus de vêtements de laine, ne possédant rien, tenant tout ce qui est commun comme les apôtres, nus, à la suite d'un Christ nu.» Les observations d'un XIIe siècle homme d'église, Walter Map.

Un historien a expliqué que cette utilisation inhabituelle de l'adjectif «naked» signifiait à la fois «matériellement pauvre» et «uniquement du Christ». En l'absence d'objectifs religieux, le Les Vaudois ont cherché à suivre le Christ dans sa pauvreté et à être leur seul point de référence pour la foi.

Ainsi, le but des Vaudois était de vivre dans une fidélité absolue aux enseignements de Jésus-Christ, en particulier ceux de son Sermon sur la montagne. Les adhérents souhaitaient revivre, au plus près, les expériences des premiers disciples. En conséquence, la pratique qui définissait le mieux les Vaudois était leur vœu de vivre dans la pauvreté et la simplicité, comme le faisaient les premiers chrétiens.

Croyance en la Bible

Les croyances vaudoises sont basées sur la Bible, mais le mouvement a commencé à une époque où les gens ordinaires n’avaient aucun accès aux Écritures. Par conséquent, la Bible devait être traduite dans la langue maternelle et prêchée en public afin que tout le monde puisse entendre et comprendre la Parole de Dieu. Ce n'est qu'alors que les hommes et les femmes pourraient reconnaître Jésus-Christ comme le centre de leur foi. Le salut, croyaient-ils, était l'œuvre de Christ seul.

Les Vaudois croyaient que l'église fidèle à sa véritable vocation suivait les traces des apôtres. Les Vaudois étaient opposés à toute forme de violence. Sur la base de Matthieu 5: 33-37, ils ont refusé de prêter serment. Ils ont également rejeté la pratique consistant à vendre des indulgences et refusé de prêter de l'argent à intérêt. Ces points de vue ont souvent donné aux Vaudois l’apparence de rebelles dangereux à la fois pour les autorités religieuses et les pouvoirs politiques de l’époque.

Tout le monde a participé à la communauté vaudoise; hommes et femmes, jeunes et vieux, tous pouvaient prêcher l'évangile. En raison de leur dévotion pour les Écritures, de nombreuses pratiques et opinions religieuses vaudoises se sont alignées sur celles des réformateurs protestants du XVIe siècle. Ils ont rejeté la notion de purgatoire, de transsubstantiation et de certains sacrements catholiques. Ils ont refusé d'adorer des saints ou de prier pour les morts.

Les Vaudois étaient convaincus que l'église perdrait sa vie spirituelle si elle devenait riche, privilégiée et puissante dans le monde. Par conséquent, lorsque l’empereur Constantin avait fait du christianisme la religion d’État au IVe siècle, les Vaudois le voyaient comme un compromis avec le monde et le début de la chute de l’église.

Néanmoins, la plupart des Vaudois restèrent généralement orthodoxes dans leurs vues et continuèrent à se voir comme faisant partie de l'Église catholique romaine jusqu'au moment de la Réforme. Beaucoup prirent la communion au moins une fois par an et baptisaient leurs enfants.

Le barba

Au 15ème siècle, les Vaudois commencèrent à se référer à leurs pasteurs et à leurs prédicateurs comme étant le barba, terme de respect qui signifie «oncle» dans le dialecte alpin local. Le titre les a empêchés de se confondre avec les pères catholiques. »De jeunes barbas ont été envoyés à l'école pour y apprendre les Ecritures et se préparer à la vie dans le ministère. Après la formation, ils accompagneraient un barba expérimenté pour acquérir une expérience pratique. Barbas a voyagé par paires pour rendre visite à de petits groupes de croyants souterrains. Déguisés en pèlerins et marchands, ils évitèrent les inquisitions catholiques.

La réforme

Également au XVe siècle, les Vaudois s'associèrent aux frères de Bohême et soutinrent leur chef, le réformateur de l'église tchèque Jan Hus. Hus fut qualifié d'hérétique et brûlé sur le bûcher en 1415 pour ses enseignements radicaux. Bien qu'il soit resté un prêtre catholique dévoué, ses vues se sont rapprochées de celles des Vaudois. Hus croyait que les Écritures étaient l'autorité finale et non l'Église catholique. Il a également estimé que la Bible devrait être traduite dans des langues communes pour être lue et prêchée publiquement.

Finalement, sous l'influence du réformateur suisse William Farel (1489-1565), les Vaudois rejoignent la Réforme protestante et s'alignent sur les conceptions réformées du calvinisme.

Persécution et massacre

Les Vaudois ont enduré la persécution non seulement à leurs débuts, mais tout au long des siècles et à différents endroits. Ce ne sont que quelques-uns des massacres les plus importants.

  • En 1251, des Vaudois à Toulouse, en France, ont été massacrés pour non-conformité à l'église et leur ville a été entièrement incendiée.
  • Le massacre de 22 villages de la région française du Luberon en Provence a eu lieu en 1545. Les troupes royales dirigées par le baron d'Oppdede ont reçu l'ordre de punir les dissidents de religion du roi François Ier de France. L’armée pontificale a brutalement assassiné près de 3 000 Vaudois lors de la croisade sanglante, y compris ceux de Mørindol et de Cabri res.
  • En janvier 1655, le massacre connu sous le nom de «Pâques piémontaise» ou de «printemps sanglant» a eu lieu. Sous les forces du duc de Savoie, des centaines de Vaudois non armés ont été cruellement torturés et assassinés.
  • En 1685, le roi Louis XIV abroge l'édit de Nantes qui avait fourni un bref délai de protection religieuse aux Vaudois. Une fois encore, une vaste campagne commença pour purger les Vaudois et les ramener au catholicisme. En 1686, le nouveau duc interdit aux Vaudois de pratiquer leur religion et, pour la première fois, l’Église résiste officiellement. Trois jours après le début des combats, les Vaudois ont été vaincus, leurs églises incendiées et plus de 8 000 ont été jetés en prison. Deux mille Vaudois sont morts dans le massacre.
    Croisade papale contre les vaudois. Bettmann / Contributor / Getty Images

    La plupart des Vaudois survivants se sont réfugiés en Suisse. Mais quelques années plus tard, en 1689, ils ont pu regagner leurs vallées avec ce que l’on se souvient du «retour glorieux».

    Une histoire de survie

    Bien que leur nombre ait été supprimé, les Vaudois ont survécu à des siècles de difficultés et d'oppression. Au 18ème siècle, ils ont maintenu une présence protestante cloîtrée dans la région principalement catholique du Piémont, au nord-ouest de l'Italie. Ce n'est qu'avec l'aide des pays protestants environnants que les Vaudois endurent.

    En 1848, l'église vaudoise est finalement libérée par le biais de l'édit d'émancipation qui leur donne la liberté juridique et politique. Néanmoins, l'église a toujours lutté sous la subjugation catholique. Quand Alexis Muston, pasteur réformé français du XIXe siècle, écrivit une thèse sur les Vaudois sans l'autorisation officielle de l'église, il fut poursuivi devant les tribunaux et dut fuir le pays. Plus tard, le livre de Muston, L'Israël des Alpes: une histoire complète des Vaudois du Piémont et de leurs colonies, publié à l'origine en 1875, fut traduit en anglais et en allemand. Le texte fournit peut-être l'histoire la plus significative des Vaudois depuis leur origine jusqu'au moment de leur émancipation.

    Les Vaudois existent encore aujourd'hui, principalement dans la région du Piémont en Italie.

    En 2015, le pape François a visité l'église vaudoise de Turin, en Italie. C'est ici que les chrétiens vaudois ont subi la brutale persécution de l'Église catholique au Moyen Âge. Au nom de l'Église, le pape François a demandé pardon aux croyants vaudois:

    «De la part de l'Église catholique, je vous demande pardon, je le demande pour les attitudes et comportements non chrétiens, voire inhumains, que nous vous avons montrés. Au nom du Seigneur Jésus-Christ, pardonne-nous!

    Une lumière dans les ténèbres

    L'emblème traditionnel de l'église vaudoise est une bougie posée au sommet d'une Bible. La devise au-dessus du symbole indique «Lux Lucet in Tenebris», ce qui signifie «une lumière qui brille dans les ténèbres».

    Emblème vaudois. Domaine public

    Au cœur de l'histoire vaudoise se trouve un peuple de foi indestructible. Contre toute attente, leur lumière ne serait pas éteinte par les ténèbres de l'oppression violente et de l'isolement. L'esprit imparable des Vaudois reflète celui de leur Sauveur, la lumière du monde, qu'ils ont osé suivre.

    Sources

    • Kapic, KM et Vander Lugt, W. Dans Dictionnaire de poche de la tradition réformée (p. 126).
    • «Les Vaudois: La devise vaudoise: Dans les ténèbres, la lumière». Christian History Magazine-Numéro 22.
    • «Waldo de Lyon: un prophète sans honneur». Christian History Magazine-Numéro 22.
    • Jackson, SM (éd.). La nouvelle Encyclopédie des connaissances religieuses Schaff-Herzog (Vol. 12, p. 241).
    • Bouchard, G. «Une lumière ancienne et éternelle: les Vaudois du XIIe siècle à la Réforme protestante», Christian History Magazine-Numéro 22.
    • Bryer, KJ «Waldo, Peter», qui est qui dans l'histoire chrétienne (p. 703).
    • Schaff, P., & Schaff, DS Histoire de l'Église chrétienne (Vol. 5, p. 495).
    Une collection de prières pour Imbolc

    Une collection de prières pour Imbolc

    Où Cain a-t-il trouvé sa femme?

    Où Cain a-t-il trouvé sa femme?

    Le mariage selon la Bible

    Le mariage selon la Bible