https://religiousopinions.com
Slider Image

Qu'est-ce que la religion populaire? Définition et exemples

La religion populaire est toute pratique religieuse ethnique ou culturelle qui ne relève pas de la doctrine de la religion organisée. Fondé sur des croyances populaires et parfois appelé religion populaire ou vernaculaire, le terme fait référence à la manière dont les gens expérimentent et pratiquent la religion dans leur vie quotidienne.

Clés à emporter

  • La religion populaire comprend les pratiques religieuses et les croyances partagées par un groupe ethnique ou culturel.
  • Bien que sa pratique puisse être influencée par des doctrines religieuses organisées, elle ne suit pas les axiomes prescrits de manière externe. La religion populaire n'a pas non plus la structure organisationnelle des grandes religions et sa pratique est souvent limitée géographiquement.
  • La religion populaire n'a pas de texte sacré ni de doctrine théologique. Il concerne la compréhension quotidienne de la spiritualité plutôt que les rites et les rituels.
  • Le folklore, par opposition à la religion populaire, est un ensemble de croyances culturelles transmises de génération en génération.

La religion populaire est généralement suivie par ceux qui ne réclament aucune doctrine religieuse par le baptême, la confession, la prière quotidienne, la révérence ou l'assistance à l'église. Les religions populaires peuvent absorber des éléments des religions prescrites par la liturgie, comme c'est le cas pour le christianisme populaire, l'islam populaire et le peuple hindou, mais elles peuvent aussi exister de manière totalement indépendante, comme le vietnamien Dao Mau et de nombreuses religions indigènes.

Origines et caractéristiques clés

Le terme «religion populaire» est relativement nouveau et remonte à 1901 seulement, lorsqu'un théologien et pasteur luthérien, Paul Drews, écrivit le German Religise Volkskunde, ou religion populaire. Drew a cherché à définir l'expérience de la «paysannerie populaire» ou de la paysannerie afin d'éduquer les pasteurs sur les types de foi chrétienne qu'ils expérimenteraient une fois sortis du séminaire.

Le concept de religion populaire, cependant, est antérieur à la définition de Drew. Au cours du XVIIIe siècle, les missionnaires chrétiens rencontrèrent des habitants de régions rurales engagés dans le christianisme, empreints de superstition, notamment des sermons prononcés par des membres du clergé. Cette découverte a provoqué un tollé au sein de la communauté cléricale, ce qui s’est traduit par un compte rendu écrit qui illustre à présent l’histoire de la religion populaire.

Ce corpus de littérature a culminé au début du 20ème siècle, décrivant des pratiques religieuses anormales et notant en particulier la prédominance de la religion populaire au sein des communautés catholiques. Par exemple, la ligne de démarcation entre la vénération et le culte des saints était fine. Les Yoruba, originaires de l'Afrique de l'Ouest, qui appartenaient à des groupes ethniques et qui venaient d'Afrique occidentale en tant qu'esclaves, protégeaient des divinités traditionnelles appelées Orich s, en les renommant saints catholiques. Au fil du temps, le culte d'Orich et des saints se fondit dans la religion populaire Santer a.

La montée de l'église pentecôtiste au XXe siècle a mêlé des pratiques religieuses traditionnelles, comme la prière et la fréquentation de l'église, aux traditions religieuses populaires, telles que la guérison spirituelle par la prière. Le pentecôtisme est maintenant la religion dont la croissance est la plus rapide aux États-Unis.

La religion populaire est un ensemble de pratiques religieuses ne relevant pas de la doctrine de la religion organisée. Ces pratiques peuvent être fondées sur la culture ou l'ethnie. Par exemple, plus de 30% des Chinois han suivent le shénisme, ou religion populaire chinoise. Le shénisme est étroitement lié au taoïsme - mais il contient également des éléments mélangés de confucianisme, de divinités mythologiques chinoises et de croyances bouddhistes sur le karma.

Contrairement à la pratique liturgique prescrite, la religion populaire n'a pas de texte sacré ni de doctrine théologique. Il concerne plus la compréhension quotidienne de la spiritualité que les rites et les rituels. Cependant, déterminer exactement ce qui constitue une pratique religieuse organisée par opposition à une religion populaire est difficile, voire impossible. Certains, par exemple, incluant le Vatican à partir de 2017, affirmeraient que la nature sacrée des parties de corps saints est le résultat de la religion populaire, tandis que d'autres la définiraient comme une relation plus proche de Dieu. "

Folklore contre religion populaire

Tandis que la religion populaire englobe l'expérience et la pratique transcendantes quotidiennes, le folklore est un ensemble de croyances culturelles véhiculées par des mythes, des légendes et des histoires ancestrales, et qui est transmis de génération en génération.

Par exemple, les croyances païennes pré-chrétiennes du peuple celtique (qui habitaient ce qui est maintenant l'Irlande et le Royaume-Uni) ont été façonnées par des mythes et légendes concernant les Fées (ou fées) qui habitaient le monde surnaturel aux côtés du monde naturel. Une révérence pour des lieux mystiques comme les collines et les cercles de fées s'est développée, ainsi qu'une crainte et une crainte de la capacité des fées à interagir avec le monde naturel.

Les changelings, par exemple, étaient considérés comme des fées qui remplaçaient secrètement les enfants durant leur enfance. La fée semblerait malade et ne grandirait pas au même rythme qu'un enfant humain. Les parents laissent donc souvent l'enfant en place pour que les fées puissent la retrouver du jour au lendemain. Si l'enfant était en vie le lendemain matin, la fée aurait ramené l'enfant humain à son corps légitime, mais si l'enfant était décédé, seule la fée avait réellement péri.

Saint-Patrick a supposé que les fées avaient été éradiquées d'Irlande il y a environ 1 500 ans, mais la croyance en les fées changeantes et les fées en général s'est maintenue aux XIXe et XXe siècles. Bien que plus de la moitié des populations du Royaume-Uni et de l'Irlande se considèrent comme chrétiennes, les mythes et les légendes trouvent encore refuge dans l'art et la littérature contemporains et les collines de fées sont largement considérées comme des lieux mystiques.

Les anglophones modernes rendent sans le savoir hommage au folklore mythologique, les jours de la semaine faisant référence aux dieux romains et nordiques. Le mercredi, par exemple, est le jour de Wodin (ou Odin), alors que jeudi est le jour de Thor et que vendredi est dédié à l'épouse d'Odin, Freyr. Samedi est une référence au dieu romain Saturne, et mardi porte le nom de Mars romain ou Tyr scandinave.

La religion populaire et le folklore ont une influence sur la vie spirituelle et les pratiques quotidiennes dans le monde moderne.

Sources

  • H g in D ith . L'île sacrée: croyances et religion dans l'Irlande préchrétienne . Boydell, 2001.
  • Olmos Margarite Fern ndez et Lizabeth Paravisini-Gebert. Cr eole Religions des Caraïbes: une introduction de Vodou et Santer a à Obeah et à l'Esiritismo . New York UP, 2011.
  • Yoder, Don. «Une définition de la religion populaire». Le folklore occidental, vol. 33, non. 1, 1974, p. 2 14.
Quelle est la marque de Caïn?

Quelle est la marque de Caïn?

Green Burial: l'alternative écologique aux funérailles

Green Burial: l'alternative écologique aux funérailles

Mabon (équinoxe d'automne) Folklore et traditions

Mabon (équinoxe d'automne) Folklore et traditions