https://religiousopinions.com
Slider Image

La vie, les enseignements et l'art du maître zen Hakuin

Les historiens de l'art se sont intéressés à Hakuin Ekaku (1686-1769) ces dernières années. Les peintures au pinceau et la calligraphie du vieux maître Zen sont prisées aujourd'hui pour leur fraîcheur et leur dynamisme. Mais même sans les peintures, l'impact de Hakuin sur le zen japonais est incalculable. Il a réformé l'école zen Rinzai. Ses écrits comptent parmi les plus inspirants de la littérature japonaise. Il a créé le célèbre koan, "Quel est le son d'une main?"

"Diable troglodyte"

À l'âge de 8 ans, Hakuin entend un sermon de feu et de soufre sur les tourments de l'enfer. Le garçon terrifié est devenu obsédé par l'enfer et comment il pourrait l'éviter. À l'âge de 13 ans, il a décidé de devenir un prêtre bouddhiste. Il a reçu l'ordination de moine d'un prêtre Rinzai à l'âge de 15 ans.

Jeune homme, Hakuin se rendait d’un temple à l’autre, étudiant pendant un certain temps avec plusieurs professeurs. En 1707, à 23 ans, il revint à Shoinji, le temple près du mont Fuji où il avait été ordonné pour la première fois.

Cet hiver-là, le mont Fuji a éclaté avec force et les tremblements de terre ont secoué Shoinji. Les autres moines ont fui le temple, mais Hakuin est resté dans le zendo, assis à zazen. Il s'est dit que s'il réalisait l'illumination, les bouddhas le protégeraient. Hakuin resta assis pendant des heures, absorbé par le zazen, pendant que le zendo tremblait autour de lui.

L'année suivante, il se dirigea vers le nord, dans un autre temple, Eiganji, dans la province d'Echigo. Pendant deux semaines, il passa la nuit à zazen. Puis un matin, à l'aube, il entendit une cloche de temple au loin. Le faible son résonna en lui comme un coup de tonnerre et Hakuin en réalisa la réalisation.

Selon le propre récit de Hakuin, cette réalisation le remplit de fierté. Personne sur trois cents ans n'avait vécu une telle réalisation, il en était certain. Il a fait appel à Shoju Rojin, un professeur très respecté de Rinzai, pour lui annoncer la bonne nouvelle.

Mais Shoju vit la fierté de Hakuin et ne confirma pas la réalisation. Au lieu de cela, il soumit Hakuin à la formation la plus dure possible, tout en l'appelant un "diable cavernicole". Finalement, la compréhension de Hakuin a mûri pour devenir une réalisation plus profonde.

Hakuin comme abbé

Hakuin est devenu abbé de Shoinji à l'âge de 33 ans. Le vieux temple avait été abandonné. C'était dans un état de délabrement; les meubles ont été volés ou mis en gage. Hakuin y a d'abord vécu seul. Finalement, les moines et les laïcs ont commencé à le chercher pour enseigner. Il a également enseigné la calligraphie à la jeunesse locale.

C'est à Shoinji que Hakuin, alors âgé de 42 ans, a réalisé sa dernière illumination. Selon son récit, il lisait le Sutra du Lotus quand il a entendu un criquet dans le jardin. Soudain, le dernier de ses doutes disparut et il gémit et pleura.

Plus tard dans sa vie, Hakuin devint abbé de Ryutakuji, aujourd'hui un monastère réputé de la province de Shizuoka.

Hakuin en tant qu'enseignant

L’école Rinzai au Japon est en déclin depuis le XIVe siècle, mais Hakuin la fait revivre. Il a tellement influencé tous les professeurs de Rinzai qui l'ont suivi que le zen japonais Rinzai peut également s'appeler Hakuin Zen.

Comme les grands professeurs de Ch'an et de Zen avant lui, Hakuin a souligné que le zazen était la pratique la plus importante. Il a enseigné que trois choses sont essentielles pour zazen: une grande foi, un grand doute et une grande résolution. Il a systématisé l'étude des koans, organisant les koans traditionnels dans un ordre particulier par degré de difficulté.

Une main

Hakuin a initié l'étude de koan avec un nouvel étudiant avec un koan qu'il a créé - "quel est le son [ou la voix] d'une main?" Souvent traduit à tort comme "le son d'une main qui applaudit", la "main" d' Hakuin est probablement le koan zen le plus célèbre, celui que les gens ont entendu parler même s'ils n'ont aucune idée de ce que sont "zen" ou "koans" sont.

Le maître a écrit sur "une main" et sur Kannon Bosatsu, ou Avalokiteshvara Bodhisattva tel qu’il est décrit au Japon - "'Kannon" signifie observer un son. C’est le son d’une main. Si vous comprenez ce point, vous serez réveillé. Quand vos yeux peuvent voir, le monde entier est Kannon. "

Il a également déclaré: "Lorsque vous entendez vous-même la voix d'une main, quoi que vous fassiez, que ce soit en savourant un bol de riz ou en sirotant une tasse de thé, vous faites tout cela dans le samadhi de la vie avec un avec l'esprit bouddha. "

Hakuin en tant qu'artiste

Pour Hakuin, l'art était un moyen d'enseigner le dharma. Selon le savant Hakuin Katsuhiro Yoshizawa de l'Université Hanazono de Kyoto, au Japon, Hakuin aurait probablement créé des dizaines de milliers d'œuvres d'art et de calligraphie dans sa vie. "La préoccupation centrale de Hakuin en tant qu'artiste a toujours été d'exprimer l'Esprit lui-même et le Dharma lui-même", a déclaré le Professeur Yshizawa *. Mais l'esprit et le dharma sont au-delà du domaine de la forme et de l'apparence. Comment les exprimez-vous directement?

Hakuin a utilisé l'encre et la peinture de différentes manières pour révéler le dharma dans le monde, mais son travail est globalement frappant par sa fraîcheur et sa liberté. Il a rompu avec les conventions du temps pour développer son propre style. Ses coups de pinceau audacieux et spontanés, illustrés dans plusieurs portraits de Bodhidharma, en sont venus à représenter les idées populaires de l'art zen.

Il a attiré des gens ordinaires - soldats, courtisanes, fermiers, mendiants, moines. Il transforma des objets en peintures, comme des moulins et des moulins. Les inscriptions avec ses peintures étaient parfois extraites de chants et de vers populaires et même de slogans publicitaires, pas seulement de la littérature zen. C'était aussi un départ de l'art zen japonais de l'époque.

Le professeur Yoshizawa a souligné que Hakuin avait peint des bandes de Mobius - une boucle torsadée avec un côté - un siècle avant, prétendument, de leur découverte par August Mobius. Il a également peint des peintures dans des peintures, dans lesquelles les sujets de ses peintures se rapportent à une autre peinture ou à un rouleau. "Hakuin travaillait en fait avec des modes d'expression similaires à ceux mis au point deux siècles plus tard par René Magritte (1898-1967) et Maurits Escher (1898-1972)", a déclaré le professeur Yoshizawa.

Hakuin comme écrivain

"De la mer sans effort, laissez briller votre grande compassion sans cause." - Hakuin

Hakuin a écrit des lettres, des poèmes, des chants, des essais et des discours sur le dharma, dont certains seulement ont été traduits en anglais. Parmi ceux-ci, le plus connu est probablement "Song of Zazen", parfois appelé "Eloge de Zazen". Ceci est juste une petite partie de la "chanson" de la traduction de Norman Waddell:

Sans limites et libre, c'est le ciel de Sam dhi!
Briller la pleine lune de la sagesse!
Vraiment, il manque quelque chose maintenant?
Nirvana est juste ici, sous nos yeux,
Cet endroit est la terre de lotus,
Ce corps même, le Bouddha.

Makkah: guide de voyage

Makkah: guide de voyage

Introduction au livre de Habakkuk

Introduction au livre de Habakkuk

Auto-traitement pour réflexologie des mains en 10 étapes

Auto-traitement pour réflexologie des mains en 10 étapes